Linkedin

Google+

Youtube

Être rappelé

Orientation : « Les jeunes ont besoin d’être accompagnés dans leur aventure professionnelle »

Vendredi, 19 mai, 2017
Delphine Le Serre pose, mains sur les hanches.

Rencontre avec Delphine Le Serre, cofondatrice et PDG de STUDYWORK

 

Vous avez fondé StudyWork, la première plateforme d’orientation post-bac. Vous nous en dites plus sur votre start-up ?

La création de StudyWork part d’un constat simple que j’ai réalisé auprès de mes propres étudiants lorsque j’étais professeur à l’université : la majorité de mes étudiants avaient choisi leur orientation post-bac un peu par hasard voire par dépit parce qu’ils ne savaient vraiment pas quoi faire. 

A l’ère du web, du coaching et des plateformes de mise en relations, je me suis dit qu’il y avait quelque chose à faire pour aider tous ces jeunes à mieux choisir leurs études supérieures. C’est tout de même la première pierre à l’édifice de leur vie professionnelle ! 

Mon associée travaillait depuis plusieurs années déjà sur des projets digitaux. Au fil de nos échanges est née StudyWork, une plateforme digitale qui permet à tout étudiant d’être accompagné dans la construction de son parcours d’orientation.
Grâce à StudyWork, les étudiants peuvent directement et gratuitement entrer en contact avec des professionnels. Ces derniers répondent à leurs questions sur la réalité du marché et l’exercice de leur métier, ce qui permet de mieux les aiguiller dans leurs choix de carrière. 

Aujourd’hui, StudyWork c’est déjà plus de 1500 Ambassadeurs Métiers, présents dans 15 pays du monde, qui exercent des métiers variés allant de responsable de projet digital à médecin spécialiste en passant par journaliste ou développeur informaticien. 

 

Quels sont concrètement les besoins des étudiants en matière d’orientation. A quels écueils sont-ils confrontés au quotidien ?

Les besoins en matière d’orientation sont encore trop nombreux ! Il suffit de regarder les statistiques des études récentes menées sur le sujet : près de 4 étudiants sur 10 se réorientent après la 1ère année d’étude supérieure. A peine 40% poursuivent leurs études après une 1ère année de licence. Les chiffres sont encore plus édifiants pour les bacheliers professionnels : 84% abandonnent leur cursus initial de licence au bout d’un ou deux ans, contre 32% pour les bacheliers généraux (France Stratégie le 12 janvier 2017). 

Deux raisons principales expliquent ces chiffres. Tout d’abord, les étudiants méconnaissent les métiers et les formations. Il faut reconnaitre que sans aide, il est parfois difficile de s’y retrouver entre les types de diplômes d’une part (DUT, BTS, Licence, Master, Mastere, Titres RNCP Niveaux I et II… ) et les filières d’études d’autre part (Economie, Sciences de Gestions, Commerce, Communication, Digital, Urbanisme…). La difficulté est double car les étudiants ne savent pas toujours sur quels métiers débouchent toutes ces formations ! 

La seconde raison qui explique ces chiffres élevés est liée au fait qu’à 18 ans, les lycéens et lycéennes sont encore en pleine construction. Or, se connaitre soi-même c’est indispensable pour construire un parcours d’orientation cohérent et épanouissant sur du moyen et du long terme. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle nous avons développé au sein de StudyWork une offre complète d’accompagnement à l’orientation. Nous accompagnons chaque jeune de la première étape, la connaissance de soi, à la dernière qui est l’inscription dans la formation qui lui correspond. 

 

Les outils numériques sont-ils également des atouts afin de faire reculer les inégalités sociales, géographiques et de genre dans l’orientation des jeunes ?

Indéniablement ! C’est l’une des forces du numérique et c’est aussi l’une de nos ambitions : démocratiser l’accès à l’information sur les formations et les métiers. C’est une grande fierté pour nous que de pouvoir aider tout particulièrement des jeunes issus de milieux défavorisés, qui n’ont pas la chance de bénéficier d’un accès à un réseau professionnel varié sur des métiers hautement qualifiés, et dont les parents n’ont très souvent pas de connaissances sur les métiers porteurs. 
Il n’est pas rare que sur StudyWork, un jeune lycéen d’une petite ville de province entre en contact en quelques clics avec un manager d’entreprise en poste à Montréal par exemple. C’est une occasion unique pour ce lycéen d’avoir des informations concrètes, précises et personnalisées sur le métier exercé par ce professionnel dans le pays en question. On essaie ainsi de faire tomber des barrières et de donner la même chance à tous. 

 

Aujourd’hui, l’accompagnement et le coaching professionnel sont plutôt proposés aux adultes. Comment adapter ces services auprès des jeunes en cours d’étude ?

L’accompagnement d’un lycéen ou d’un étudiant dans la construction de son projet professionnel diffère de l’accompagnement d’un adulte. Le niveau de maturité et de connaissance de soi n’est pas le même, et c’est bien normal.
Aussi, tous nos coachs en orientation sont spécialisés dans les techniques exploratoires adaptées à un public de lycéen et d’étudiants. En outre, ils ont une parfaite connaissance du système universitaire français et international, ce qui leur permet de conseiller au mieux le jeune sur ses choix de filières et d’établissement. Le Coaching en orientation post bac est en cela un vrai métier à part entière, qui ne doit être pris en charge que par des coachs experts qui ont été formés aux techniques appropriées pour ce public jeune.   

Des conseils à donner aux jeunes à la recherche de leur orientation ? 

Le premier conseil que je leur donnerai c’est : sortez de chez vous et multipliez les expériences extra-scolaires qui vous permettront de mieux vous connaitre et vous aideront à dresser les contours d’un projet d’orientation. Ensuite : soyez audacieux ! Osez avoir des rêves ambitieux ! Enfin, faites-vous accompagner. C’est le meilleur moyen de sécuriser votre avenir et de choisir une formation qui vous permettra de construire votre parcours pas à pas.  

 

Cet article vous a plu ? Retrouvez Didaxis sur Facebook et Twitter. Vous pouvez également simuler vos revenus, ou contacter un conseiller.